Mise en garde de l'ANSES sur certains compléments alimentaires - CalculerSonIMC
CalculerSonIMC
Études Nutrition & Alimentation

Mise en garde de l’ANSES sur certains compléments alimentaires

Google + Pinterest LinkedIn Tumblr

L’ANSES, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, a publié dans sa dernière recommandation (1) une mise en garde contre l’utilisation de compléments alimentaires à base de p-synphrine, substance présente dans l’écorce d’orange amère.

Mise en garde de l'ANSES sur certains compléments alimentaires
(La p-synphrine est présente dans l’écorce (épicarpe et mésocarpe) d’orange amère (Citrus aurantium ssp. aurantium) et d’autres espèces de Citrus.)

Contexte

Les personnes qui ont des problèmes de surpoids sont nombreuses à utiliser des compléments alimentaires. Dans la composition de certains produits, la p-synphrine est présente arguant une réduction de la masse grasse ou une correction de la composition corporelle.

Pourtant, l’ANSES a reçu 40 signalements d’effets indésirables (dont 18 recevables) qui pourraient être liés à la consommation de compléments alimentaires utilisant ce fameux ingrédient. Des signalement qui ont ainsi poussé l’ANSES à s’auto-saisir dans le cadre de la réalisation d’une expertise relative à ces compléments alimentaires.

Parmi ces cas figurent des effets cardiovasculaires, des atteintes hépatiques, une hyperphosphorémie ainsi qu’une atteinte neurologique.

Les effets indésirables sont liés à une consommation trop élevée de ces produits. L’ANSES préconise une dose de 20mg/j, ce qui correspond à une dose ingérée par les forts consommateurs d’agrumes. En effet, 95% des personnes qui consomment des agrumes dans leur alimentation quotidienne atteignent une dose de p-synphrine n’excédant pas les 20 mg/jour. Mais comme toutes les substances qui sont concentrées dans les compléments alimentaires, le risque vient du fait que l’on en absorbe d’un seul coup beaucoup plus que n’importe qu’elle (n’importe quel) régime alimentaire pourrait fournir.
De plus, elle recommande de ne pas associer cette substance à la caféine. Des recommandations que l’on retrouve déjà dans d’autres pays tels que l’Allemagne. Le gouvernement canadien a même récemment interdit cette combinaison, les compléments ont été retirés du marché. (source ? je n’ai pas pu vérifier cette affirmation au sujet de l’Allemagne et du Canada)
D’autre part, pour les sportifs qui recourent à ce type de supplémentation (supplémentation?), ils perdent tout le bénéfice du sport notamment (manque un mot) son effet hypotenseur alors que le cocktail a un effet hypertenseur.
L’Anses déconseille totalement la consommation de p-synéphrine par les populations à risque accru d’effets indésirables, telles que les personnes sous traitement particulier pour l’hypertension, la cardiopathie ou la dépression. Les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants ou les adolescents sont également concernés par cette mise en garde.
Ce n’est pas la première fois que la dangerosité des compléments alimentaires est pointée du doigt. En janvier 2014, des compléments alimentaires pour le renforcement musculaire et la perte de poids avait fait l’objet d’une mise en garde, accusés d’être à l’origine d’hépathies (hépatites plutôt je suppose ?) aiguës.
Le jus d’orange, les oranges pressées et la marmelade peuvent quant à eux continuer à être consommés (d’être consommés plutôt que « à être consommés » non ?) sans modération.

Sources et références

(1) http://www.anses.fr/sites/default/files/documents/NUT2012sa0200.pdf

Laisser un commentaire