Balance connectée : pourquoi choisir un pèse-personne nouvelle génération ? - CalculerSonIMC
CalculerSonIMC
Maigrir

Balance connectée : pourquoi choisir un pèse-personne nouvelle génération ?

Google + Pinterest LinkedIn Tumblr

Appareil dernier cri en passe de supplanter les traditionnels pèse-personnes, la balance connectée s’invite dans de plus en plus de foyers. S’inscrivant avant tout dans une optique santé, elle semble aujourd’hui l’outil indispensable pour suivre de près son poids. Mais que penser de cet appareil « intelligent » et faut-il réellement céder à la mode des balances connectées ?

Qu’est-ce qu’une balance connectée ?

Lorsqu’il s’agit de se peser, il existe différents appareils. Pour un suivi occasionnel de son poids, on peut choisir d’acquérir une balance mécanique (modèle de base, muni d’un cadran à aiguille) ou une balance électronique (analogique ou numérique). Mais les personnes désireuses de suivre plus précisément l’évolution de leur poids et de leur structure corporelle peuvent acquérir une balance connectée, ou impédancemètre.

Il s’agit d’un dispositif « intelligent », généralement connecté à d’autres appareils (classiquement un smartphone, une tablette ou une montre « intelligente ») par un protocole de communication tel que Bluetooth ou Wi-Fi. Une balance connectée permet donc de surveiller efficacement, régulièrement et avec précision son poids.

En outre, les balances connectées, pèse-personnes de nouvelle génération, n’indiquent pas que le poids. Elles fournissent également une série d’informations en relation avec et la santé : IMC, pourcentage de masse grasse, ratio masse grasse/masse musculaire, masse osseuse, niveau d’hydratation et masse hydrique… Certaines vont encore plus loin, et peuvent mesurer la fréquence cardiaque, la tension artérielle, ou encore estimer les besoins énergétiques quotidiens de l’utilisateur.

À qui s’adresse la balance connectée ?

balance-connectée-cible

Au début de leur existence, seuls les professionnels (de santé ou du monde du sport) s’équipaient de balances connectées. Les premiers modèles, très dispendieux, étaient en effet des équipements de pointe, dont les données étaient essentiellement utilisées à des fins de diagnostic. Mais avec la généralisation de l’équipement des foyers en smartphones et appareils connectés (« smart home »), couplée à l’intérêt croissant pour la santé et le bien-être, les balances connectées se sont peu à peu démocratisées.

Ces impédancemètres sont avant tout conseillés aux personnes souhaitant suivre de près les variables afférentes à leur poids, ainsi que les sportifs (occasionnels ou aguerris).  Ils peuvent également s’inscrire dans un suivi sportif ou de santé : ainsi les données pourront être transmises au professionnel intéressé de les recevoir : un kinésithérapeute, un entraîneur sportif ou un médecin (généraliste, du sport, nutritionniste, cardiologue…).

Comment bien choisir sa balance connectée ?

Plusieurs aspects sont à prendre en considération dans le choix de sa balance connectée. La compatibilité est un critère essentiel : il est impératif que l’impédancemètre fonctionne avec vos appareils, qu’il s’agisse de votre téléphone ou de votre tablette. Il vous faudra donc voir si la balance fonctionne sous iOS ou Android et choisir en fonction du système d’exploitation de votre appareil mobile.

Ensuite, il est important que l’application associée vous plaise et soit facile d’utilisation. Ainsi mieux vaut lire des revues avant d’effectuer son achat, voire demander des captures d’écran de l’application. Par ailleurs on peut être friand de conseils : il est donc intéressant de savoir si l’application propose des programmes de coaching ou un service de conseils (nutrition, sport).

Les données fournies par la balance connectée sont également un critère de choix. Il n’est peut-être pas nécessaire d’acheter une balance à la pointe de la technologie si vous ne l’utilisez que pour effectuer un suivi précis  et régulier de votre poids. Mais si vous êtes par exemple en situation de surpoids et sujet à un syndrome métabolique, il peut être intéressant de vous équiper d’un impédancemètre vous fournissant des informations sur votre santé artérielle et cardiaque (contrôle de l’hypertension).

Autre critère de choix de sa balance connectée : l’affichage et le design. L’écran de l’impédancemètre doit en effet être assez grand et lumineux pour vous permettre de lire les chiffres et indications. Certaines balances connectées, munies d’un petit rétroprojecteur, permettent d’afficher vos informations personnelles sur un mur. Quant au design,  il est affaire de goût personnel, mais de nombreuses personnes y prêtent grande attention.

Si toute votre famille doit utiliser la balance connectée, assurez-vous que l’appareil puisse accueillir un nombre suffisant d’utilisateur. Certains impédancemètres permettent de suivre jusqu’à huit profils d’utilisateurs différents !

Enfin, le prix est bien entendu un autre aspect important à prendre en compte. Pour une balance connectée d’entrée de gamme, le budget à prévoir est d’environ 40-50€. Les modèles plus complets et précis sont sensiblement plus onéreux, aux alentours de 100-150€.

Derniers conseils concernant la balance connectée

balance-connectée-choix

Tout d’abord, une petite précaution d’emploi est nécessaire : l’utilisation d’une balance connectée est déconseillée aux femmes enceintes et aux personnes munies d’un stimulateur cardiaque (pacemaker). En effet, les impédancemètres fonctionnent à partir de l’émission d’un courant électrique sinusoïdal de faible intensité à travers le corps, via des électrodes. C’est la raison d’ailleurs pour laquelle on doit l’utiliser pieds nus.

Seconde précision : pour apporter une réelle plus-value, l’utilisation d’une balance connectée doit être très régulière (voire journalière), et les pesées doivent être réalisées sous des conditions relativement similaires – horaire, tenue, niveau d’hydratation… Sinon, les résultats seront forcément biaisés.  Par exemple, la masse hydrique d’une personne varie en fonction de l’activité physique de la journée, puisqu’elle entraîne une perte hydrique via la sudation. Autre facteur biaisant : le cycle menstruel qui, chez les femmes, influe sur le poids, la masse grasse, la masse hydrique (rétention d’eau)…

 

 

Laisser un commentaire