akkermansia-muciniphila-une-bacterie-prometteuse-pour-lobesite

Akkermansia muciniphila… une bactérie prometteuse pour l’obésité !

Louis Pasteur aurait apprécié ce qui vient d’être révélé dans une récente étude publiée dans la revue scientifique Nature Medicine (1) : l’obésité serait en mauvaise posture ! En effet, d’après Patrice Cani et toute son équipe de l’UCL (Université Catholique de Louvain), le fléau des temps moderne, aurait trouvé sa « bactérie tueuse ».


Akkermansia muciniphila... une bactérie prometteuse pour l'obésité !
(Akkermansia muciniphila… une bactérie prometteuse pour l’obésité !)

Ces chercheurs qui traquent les bactéries intestinales

Depuis les années 2007 les scientifiques de l’UCL en Belgique ont pu constater qu’une bactérie jusqu’alors inconnue, se retrouve dans le microbiote des souris sveltes alors qu’elle est cent fois moins présente dans celui des souris en surpoids. Ils décident donc d’administrer la bactérie en question chez la souris en surpoids. Les résultats ne se font pas attendre : la souris aux kilos excédentaire maigrit incontestablement. D’autres chercheurs internationaux confirment actuellement cette étude.

Akkermansia muciniphila, une bactérie prometteuse

Celle-ci joue le rôle de gardien de la barrière microbiotique en maintenant l’ordre entre les cellules intestinales et d’autres bactéries. Si Akkermansia muciniphila vient à manquer, les chercheurs estiment que certaines bactéries peuvent venir sensibiliser la paroi de l’intestin en la rendant plus poreuse et perméable aux maladies. L’aspect prometteur vient du fait qu’il est possible d’utiliser une seule partie protéinée de cette bactérie… les résultats seront tout autant efficaces.

Concevoir des médicaments dans ces conditions est aisé. Ainsi, l’UCL et la recherche belge tiendraient une promesse qui concernerait plusieurs milliards d’individus.

Des petits fruits à la rescousse des obèses

Le chercheur André Marette a démontré que les animaux qui deviennent obèses suite à un régime alimentaire à base de sucre et de gras, perdent leurs kilos si on leur administre parallèlement des extraits de canneberges pendant deux mois. Le scientifique pense que les molécules antioxydantes contenues dans ces fruits stimulent la production de bactéries intestinales bénéfiques comme c’est le cas d’Akkermansia Muciniphila. Les résultats sont encourageants chez les humains. Pour cela, et pendant six semaines, des individus en surpoids sont traités avec des extraits de fraises et de canneberges. Quoi qu’il en soit, pour André Marette et Patrice Cani, la composition du microbiote doit absolument être prise en compte dans la prévention du traitement de l’obésité et des maladies qui découlent de celle-ci (diabète notamment).

L’immunométabolisme

Ce sont de nombreuses connexions entre plusieurs grands systèmes de l’organisme tel que le système immunitaire, le système métabolique et le microbiote qui suggèrent que Akkermansia muciniphila, cette bactérie « médiateur immunitaire » est impliquée dans ce processus de communication. Les bactéries ne sont qu’un exemple d’interférence entre tous ces systèmes. On constate donc que pour préserver sa santé métabolique, rien de mieux qu’une bonne alimentation, un contrôle de poids optimal et une pratique régulière d’une activité physique.

De l’importance du mucus

Puisque l’intestin des sujets obèses comporte moins d’Akkermansia que celui des sujets minces, Patrice Cani a pu mettre en avant que, lors d’un régime riche, l’épaisseur de la couche mucinale est amoindrie. Il cherche donc à élaborer des formules susceptibles aider les individus obèses à maigrir mais il cherche également à limiter les problèmes métaboliques chez la personne en surpoids, tels que la résistance à l’insuline par exemple. Mais quel est le lien avec le mucus ? C’est qu’en fait, cette bactérie s’en nourrit et envoie des signaux aux cellules intestinales pour en fabriquer davantage. Inouïe !

D’ailleurs, pour dire à quel point les bactéries sont prometteuses en matière de santé, le 8 décembre la ville de Toulouse a proposé d’informer, lors d’une journée spéciale, le public sur une nouvelle filière scolaire qui concerne l’antibiorésistance.

A suivre donc…

Sources et références

(1) Hubert Plovier. A purified membrane protein from Akkermansia muciniphila or the pasteurized bacterium improves metabolism in obese and diabetic mice. Nature Medicine (2016). DOI:10.1038/nm.4236

Au sujet de l'auteur de l'article

Coach sportive à domicile, Sylvie VOULLEMIER témoigne d'une réelle connaissance des domaines relatifs au bien-être, aux habitudes de vie, à la nutrition et à la psychologie. Elle exerce depuis plus de 30 ans à Marseille.
Cet article a été publié dans la catégorie Études.

Vous avez aimé cet article ? Soutenez-nous simplement en faisant un « J'aime » sur notre page Facebook ou en nous aidant sur les réseaux sociaux. Vous pouvez aussi nous laisser un commentaire :-)

Vous souhaitez publier un article sur CalculerSonIMC ? Contactez-nous ! Nous serions heureux de permettre aux professionnels de la Santé de s'exprimer via cet espace.

Votre avis sur cet article

Tous les champs avec une * sont obligatoires

Vous avez un site, ou un blog ? Mettez-y notre Widget IMC ! Gratuit et rapide à installer