Peut-on boire du café enceinte ? - CalculerSonIMC
CalculerSonIMC
Grossesse & bébé

Peut-on boire du café enceinte ?

Google + Pinterest LinkedIn Tumblr

Selon une étude Ifop de 2018, les Français sont accros au café(1). En effet 83% des Français en consomment : 88% d’entre eux sont des hommes, mais les femmes ne sont pas en restent, puisque 79% des Françaises ne se passent pas de leur « kawa ». Quid des femmes enceintes ? Découvrez quelles sont les recommandations concernant la consommation de café pendant la grossesse.

Le café est-il à éviter pendant la grossesse et l’allaitement ?

Aujourd’hui encore, il existe des débats à propos des effets de la caféine sur la santé de la femme enceinte et du fœtus. Les recommandations de pays à pays divergent, et les recherches concernant la consommation de café pendant la grossesse sont toujours plus nombreuses. Néanmoins il est possible d’affirmer plusieurs choses :

  • La caféine est une substance psychoactive(2), aux effets stimulants et légèrement diurétiques.
  • Elle stimule le système nerveux central et le système cardiovasculaire.

Aussi, la consommation de café aura des répercussions sur le rythme cardiaque de la femme enceinte, mais également sur celui du fœtus in utero. En effet, la caféine traverse facilement le placenta pour pénétrer le corps du futur bébé. De surcroît, l’enfant en devenir ne possède pas encore les moyens d’éliminer la caféine de son organisme. La substance risque donc de s’accumuler dans son corps, cerveau compris(3).

D’autres études vont encore plus loin :

  • Une étude de 2015(4) affirme que la consommation quotidienne de caféine par la femme enceinte, à hauteur de 150 mg pourrait accroître le risque de fausse couche de 19%.
  • Une autre, datant de 2014(5), affirme qu’une consommation supérieure à 200 mg de caféine par jour (soit deux tasses de café filtre environ), engendre un retard de développement chez l’embryon et par conséquent, un poids à la naissance inférieur à la normale.
  • Une consommation quotidienne de café chez la femme enceinte expose l’enfant à un neurodéveloppement perturbé et par conséquent, à un déficit cognitif(6).

Cependant d’autres études sont beaucoup plus modérées :

  • Pour certains scientifiques, les preuves affirmant que la consommation de 200 mg de caféine par jour est un facteur majeur de prématurité sont insuffisantes, à l’heure actuelle(7).
  • Pour d’autres, il est impossible d’affirmer catégoriquement que la consommation de café puisse avoir un impact certain sur le poids de l’enfant à la naissance(8).

Aussi, et sur la base d’études épidémiologiques, il semblerait donc qu’un seul principe prévale : celui de la précaution. Toutes les administrations de Santé (FDA aux États-Unis, Santé Publique France) sont en tout cas unanimes pour affirmer que la consommation de café pendant la grossesse doit rester très modérée.

Comment continuer à boire du café enceinte ?

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande de ne pas dépasser 300 mg de caféine par jour, lorsqu’on est enceinte(9). Pour information :

  • Une tasse de 250 ml de café filtre contient environ 180 mg de caféine
  • Un petit expresso de 50 ml contient 90 mg de caféine
  • Une tasse de café instantané contenant une cuillère à café de café soluble contient environ 90 mg de caféine

 Aussi, il est important de modérer sa consommation de café et, in extenso, de substances alimentaires contenant de la caféine, lorsqu’on est enceinte. Ceci inclut toutes les préparations à base de café (dessert lacté, gâteaux, crème glacée, bonbons), mais aussi les boissons à base de thé, les boissons cola et énergisantes et le cacao, dans une moindre mesure. Et, par pur principe de précaution, si l’on peut se passer de café, mieux vaut le faire.

Quelles sont les alternatives au café pendant la grossesse ?

Le thé

Le thé contient de la théine, qui n’est ni plus ni moins de la caféine (molécule similaire). Aussi, il faudra préférer certains thés à d’autres, si l’on préfère modérer sa consommation de caféine. Certains thés sont moins forts en théine, comme le thé blanc, ou le Roobois, surnommé thé rouge, mais qui n’est en fait pas du thé, donc ne contient pas de théine. Le Oolong, thé bleu-vert, est également peu chargé en caféine, et donc conseillé aux femmes enceintes. Elles bénéficieront en effet de ses vertus hydratantes et antioxydantes.

Les tisanes

Les tisanes sont des infusions d’une ou de plusieurs plantes, fleurs, épices et/ou écorces de fruits dénués de caféine. Aussi elles sont une option intéressante pour les femmes enceintes. Au demeurant, sachez que certaines plantes sont à éviter pendant la grossesse. En effet, elles contiennent des substances actives ayant des répercussions sur l’organisme. Parmi lesquelles, on citera la bourdaine, le fenouil, la réglisse, la sauge, l’angélique, la passiflore… Renseignez-vous auprès de votre pharmacien ou de votre médecin, qui vous indiquera quelles tisanes sont à privilégier pendant votre grossesse.

Les boissons instantanées

Les boissons instantanées à base de chicorée contiennent souvent du café. Aussi, si vous êtes enceinte, il s’agira de contrôler votre consommation, afin de ne pas risquer de dépasser le seuil quotidien recommandé de caféine. En outre, il existe d’autres options, à l’instar des boissons instantanées sans café, à base de céréales torréfiées. Leur goût légèrement grillé peut évoquer celui du café. Elles sont donc une très bonne alternative. Enfin on peut également privilégier la touche sucrée en consommant des boissons cacaotées en poudre. Sachez néanmoins qu’elles sont souvent très riches en sucre. Et la consommation de sucre lorsqu’on est enceinte doit être modérée, pour éviter tout risque de diabète gestationnel.

Café décaféiné 

Dernière option, qui s’adresse aux les inconditionnelles du café, qui ne jurent que par sa saveur unique. Le décaféiné peut être une option salvatrice ! Sachez néanmoins que malgré la mention « décaféiné », ce type de café peut contenir des traces résiduelles de caféine, de l’ordre de 10 à 30 mg par tasse. Aussi, on évitera de boire 10 tasses de décaféiné par jour, en pensant que la boisson n’aura aucune répercussion sur son corps et, par conséquent, sur l’évolution de sa grossesse.

 Références

(1) 2018, Ifop, Panorama de la consommation de café en France en 2018

(2) 1990, Etévenon, Eustache, Mitermite, Lepaisant, Lechevalier, Zarifian, EEG cartography before and after visual stimulation: A group study with descriptive non-parametric analysis of EEG data

(3) 2013, Senpiel et al., Maternal caffeine intake during pregnancy is associated with birth weight but not with gestational length: results from a large prospective observational cohort study

(4) 2015, Zhao, Song, Zhhang, Tang, Xin, A meta-analysis of risk of pregnancy loss and caffeine and coffee consumption during pregnancy

(5) 2014, Chen, Wu, Neelakantan, Fong Chong, Pan, Van Dam, Maternal caffeine intake during pregnancy is associated with risk of low birth weight: a systematic review and dose-response meta-analysis

(6) 2015, Klebanoff, Keim, Maternal Caffeine Intake During Pregnancy and Child Cognition and Behavior at 4 and 7 Years of Age

(7) 2015, Jahanfar, Jaafar, Effects of restricted caffeine intake by mother on fetal, neonatal and pregnancy outcomes

(8) 2007, Bech et al., Effect of reducing caffeine intake on birth weight and length of gestation: randomised controlled trial

(9) OMS, Restriction de la prise de caféine pendant la grossesse

 

Laisser un commentaire