La « Junk Food » favoriserait le risque de cirrhose non alcoolique - CalculerSonIMC
CalculerSonIMC
Études Nutrition & Alimentation

La « Junk Food » favoriserait le risque de cirrhose non alcoolique

Google + Pinterest LinkedIn Tumblr

Selon une récente étude publiée dans la revue Journal of Hepathology (1), une surconsommation d’aliments gras et sucrés augmenterait le risque de SHNA : Stéatose Hépatique Non Alcoolique (c’est à dire une cirrhose). Les boissons sucrées tels que les sodas sont les premières concernées, et sont désignées, selon les résultats de cette nouvelle étude américaine, comme facteur favorisant le risque de SHNA, en présence d’une consommation régulière.


La « Junk Food » favoriserait le risque de cirrhose non alcoolique
(La « Junk Food » favoriserait le risque de cirrhose non alcoolique)

Une surconsommation de boissons sucrées engendrerait un risque majeur pour la santé

De nombreuses études ont déjà révélé auparavant, que les boissons sucrées représentent un risque en matière de santé. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs de la Friedman School of Nutrition Science and Policy de l’Université du Massachusetts aux USA, ont corrélé la consommation de boissons sucrées à bulles et de cola d’environ 2634 hommes et femmes avec leur concentration de graisse dans le foie, notamment à l’aide de la scanographie.

Les résultats dévoilent que les individus buvant plus d’une boisson sucrée chaque jour, sont plus à risque de développer une stéatose hépatique non alcoolique, SHNA, que les personnes consommant plutôt de l’eau.

Sachez que les résultats ont été pris en compte après la mise en évidence de différents facteurs de risque tels que le sexe, l’âge, le mode de vie et l’IMC (Indice de Masse Corporelle).

« Nous avons observé que la consommation régulière de boissons sucrées a été associée à un risque accru de maladie du foie gras, en particulier chez les personnes en surpoids et obèses », explique Jiantao Ma, auteur principal de l’étude, chercheur en nutrition et diététique, diplômé de la Friedman School of Nutrition Science and Policy.

Boisson sucrée et SHNA, une relation encore à prouver

Cette étude n’établit toutefois pas encore de lien direct entre la consommation de boissons sucrées à bulles, et le risque de développer cette maladie, le SHNA. Les chercheurs ont donc expliqué qu’ils souhaitent approfondir la question, notamment, en effectuant de nouvelles études, afin de comprendre les différentes causes.

« Si l’épidémie d’obésité est un indicateur, l’effet SHNA observé aux Etats-Unis, pourrait avoir un écho dans le monde entier », explique Mark Thursz, de l’Association Européenne pour l’étude du foie, qui a également mené et conduit les recherches. Les chercheurs précisent que près de 30% des adultes, aux États-Unis, sont concernés par une cirrhose non-alcoolique. La meilleure manière de l’éviter est d’adopter des habitudes d’alimentation saines.

Sources et références

(1) Jiantao Ma. Sugar-sweetened beverage, diet soda, and fatty liver disease in the Framingham Heart Study cohorts. Journal of Hepatology. DOI : http://dx.doi.org/10.1016/j.jhep.2015.03.032

Laisser un commentaire