Les réseaux sociaux servent aussi à perdre du poids - CalculerSonIMC
Études Maigrir

Les réseaux sociaux servent aussi à perdre du poids

Google + Pinterest LinkedIn Tumblr

Il existe certaines pathologies, comme l’obésité, qui n’étaient qu’une exception au début de ce siècle, mais deviennent, avec leur multiplicité, presque une norme. Dans le récent article de Madame Le Figaro (1) qui s’intitule « les femmes préfèrent les gros » il est visible que ce problème de santé publique se banalise. Est-ce un article qui assure la promotion d’un film ? C’est, en tout cas, ce que le magazine Biba (2) cherche à prouver au sein de ses lignes ! Quoi qu’il en soit, force est de constater que les personnes en surpoids cherchent à lutter de mille et une façons, contre ce surpoids dont elles sont les victimes. Et les réseaux sociaux sont utiles dans cette perte de poids, selon une nouvelle étude.

Les réseaux sociaux servent aussi à perdre du poids
(Le tour de taille, meilleur que l’IMC pour l’espérance de vie ?)

Avant l’avènement de l’internet, les groupes de paroles représentaient ce qui était le plus efficace pour lutter contre l’obésité. En effet, le collectif, reste le soutien parfait pour parler de ses problèmes et ne pas éprouver trop de solitude face à ceux-ci. Généralement bien conduit par un spécialiste, médecin nutritionniste, psychologue voire les deux, le groupe avançait vers une prise en charge satisfaisante.

Une récente étude britannique menée par des chercheurs du Collège Impérial de Londres et dirigée par le docteur Hutan Ashrafian (3), permettrait de dire que les réseaux sociaux tels que FaceBook et Twitter seraient en passe de remplacer les groupes de paroles d’antan.

L’obésité ? Facteur d’isolement

La personne en surpoids, même si elle est de mieux en mieux acceptée, comprise et aidée, reste, dans l’inconscient collectif, ce à quoi aucun ne souhaite ressembler. Une perte d’esthétisme, de santé globale (cf. une vidéo (4) du journal Le Monde), de troubles psychologiques, etc.

Pourtant, cette pathologie s’étend. De partout dans le monde, sans aucune exception, le surpoids remplace la maigreur. Ainsi, les gros sont de plus en plus nombreux mais souffrent d’une dévalorisation de leur image. C’est pourquoi ils cherchent la compagnie d’autres personnes souffrant des mêmes symptômes afin d’entendre, dans d’autres bouches, un dialogue identique.

C’est là où l’utilité des réseaux sociaux prend tout son sens.

De l’utilité des réseaux sociaux

Jusqu’à présent, malgré un engouement toujours plus prometteur, les multiples réseaux de communauté de la toile ont davantage dévoilé leurs aspects négatifs que fédérateurs. Ainsi, ce serait une première concernant l’entraide et le soutien des problèmes d’obésité dans le monde.

Certes, des actions sont menées comme celle du Défi 30 jours de Nathalie BRETON sur le renforcement de plusieurs muscles. Tout a commencé avec les abdominaux et son exercice de gainage puis, c’est le reste du corps qui a été passé en revue. En conclusion, de nombreux abonnés et un renouveau pour des personnes obèses. Elles devaient être en perte de motivation !

Une étude scientifique à renouveler

Il faut savoir que dans le monde, selon l’OMS, la sédentarité est la dixième cause de mortalité ainsi qu’un facteur de risque tout aussi conséquent que l’HTA, le tabagisme, le diabète.

Leur recommandation ? Exécuter mille pas dans la journée. Certes, pas facile, mais efficace. Pour autant, arpenter régulièrement les rues, seul, reste une épreuve que les personnes en surpoids n’arrivent pas toujours à mettre en place. Encore un sentiment d’échec à leur actif !

Ainsi, pour le docteur Hutan Ashrafian, les obèses qui s’inscrivent sur les réseaux sociaux ont bien plus de chance de trouver un réel soutien qu’il vienne de leurs acolytes comme des spécialistes. Les résultats de l’étude parlent d’eux même : les utilisateurs des réseaux de communauté relatifs au surpoids ont réduit leur IMC (que vous pouvez vous aussi calculer ici). Le scientifique ne crie pas, pour autant, victoire car, d’après lui, il faut prudence garder et attendre une nouvelle étude qui confortera celle-ci.

Sources et références

(1) http://madame.lefigaro.fr/societe/femmes-preferent-gros-090914-914876
(2) http://www.bibamagazine.fr/style-de-vie/les-femmes-preferent-les-gros-letude-etait-bidon-11991
(3) Hutan Ashrafian. Social Networking Strategies That Aim To Reduce Obesity Have Achieved Significant Although Modest Results. doi: 10.1377/hlthaff.2014.0370. Health Aff September 2014 vol. 33 no. 9 1641-1647.
(4) http://www.lemonde.fr/sciences/video/2014/09/13/l-obesite-perturbe-tout-l-organisme_4487107_1650684.html

1 Commentaire

  1. Nathalie Breton Commentaire

    Depuis que j’ai créé un groupe de soutien sur facebook, les gens me félicitent d’être toujours présente et de continuer à les motiver. Il en a plusieurs parmi eux qui n’étaient pas en forme et je leur ai donné la piqûre depuis que j’ai créé l’événement de juin. En octobre, nous allons faire le 5 ième défi.

    Plusieurs me disaient qu’ils ont essayé aller en salle mais après quelques mois, ils étaient démotivés. Maintenant avec les défis à chaque mois et le groupe de soutien, ils continuent et ils gardent le moral! 🙂

Laisser un commentaire