l-obesite-consideree-comme-la-principale-cause-de-mortalite-evitable

L’obésité considérée comme la principale cause de mortalité évitable

Une équipe de chercheur a examiné précisément les causes de mortalités liés à des comportement « modifiables ». L’obésité est un comportement qui peut être modifié, au même titre que le tabagisme par exemple. Seulement voilà : l’obésité, sans réelle surprise, s’avère plus mortelle que le diabète, le tabagisme, l’hypertention ou encore le cholestérol. Tour d’horizon de ce qui a pu être dit pendant la réunion annuelle de la société de médecine interne générale (en Avril 2017), aux États-Unis (Washington D.C.) (1).

L'obésité considérée comme la principale cause de mortalité évitable
(L’obésité considérée comme la principale cause de mortalité évitable)

L’obésité, pire que le diabète ou le tabac ?

Une équipe de chercheurs de la Cleveland Clinic et de la New York University School of Medicine a constaté que l’obésité entraine une perte d’espérance de vie supérieure 47% plus élevée que le tabac ou que l’hypertension artérielle. L’obésité est donc plus mortelle.

Le travail présenté par la Cleveland Clinic lors de cette réunion annuelle s’est fait sur la base de données de 2014 concernant la population des États-Unis uniquement.

Sur la base de ce travail préliminaire, l’équipe a effectué un classement des comportements modifiables qui impactaient le plus l’espérance de vie. Dans l’ordre (du pire au moins pire) :

  • L’obésité
  • Le diabète
  • Le tabac
  • L’hypertension artérielle
  • Un taux de cholestérol élevé

Cependant, les chercheurs ont également noté que certaines personnes peuvent être dans des cas plus particuliers. Pour un patient obèse et alcoolique, par exemple, il peut être préférable de d’abord résoudre le problème d’alcool qui peut avoir un impact encore plus important que l’obésité elle-même. Cette liste (précédente) est donc représentative d’une moyenne et de la plupart des cas, mais pas forcément de tous les cas individualisés.

Les chercheurs précisent qu’il y a 15 ans, le tabac ce serait retrouvé en tête de liste, mais ce n’est désormais plus le cas (du fait des politiques menées contre la cigarette, et surement du fait du montée en puissance de l’obésité à travers le monde).

Précisions supplémentaires des chercheurs

« Les facteurs de risque comportementaux modifiables posent un énorme fardeau de mortalité aux États-Unis », a déclaré Glen Taksler, Ph.D., chercheur en médecine interne de la Cleveland Clinic et auteur principal de l’étude. « Ces résultats préliminaires continuent de souligner l’importance de la perte de poids, de la gestion du diabète et de la saine alimentation dans la population américaine ».

Ce qu’il est particulièrement intéressant de constater, c’est que trois (diabète, hypertension et cholestérol élevé) des cinq principales causes de décès peuvent être traitées, ce qui aide les patients à comprendre comment les options et les approches peuvent avoir un impact important sur les années de vie. Les résultats soulignent également l’importance des soins préventifs dans la pratique clinique et pourquoi cela devrait être une priorité pour les médecins.

Pour estimer le nombre d’années de vie perdues pour chaque facteur de risque modifiable, les chercheurs examinent la variation de la mortalité sur la base d’un échantillon de la population américain ayant éliminé un seul facteur de risque. Ils comparent ensuite les résultats avec la variation des années de vie pour une population « optimale » (qui a éliminé tous les facteurs de risque modifiables).

« La réalité est que, si l’on peut connaître la cause immédiate de la mort d’un patient, par exemple, un cancer du sein ou une crise cardiaque, nous ne connaissons pas toujours le facteur contribuant, comme l’usage du tabac, l’obésité, l’alcool et l’histoire familiale.« . Le docteur Taksler et ses collègues poursuivent leurs recherches dans ce domaine et affinent les résultats.

Sources et références

(1) Avril 2017. « Resilience and Grit: Pursuing Organizational Change & Preventing Burnout in GIM ». The Society of General Internal Medicine 2017 Annual Meeting. https://www.eurekalert.org/pub_releases/2017-04/cc-ccs041917.php

Au sujet de l'auteur de l'article

Mickaël DELAUNAY est le propriétaire de CalculerSonIMC. Il s'occupe de toute la gestion du site et publie régulièrement des articles en lien avec l'actualité récente de la Santé.
Cet article a été publié dans la catégorie Études.

Vous avez aimé cet article ? Soutenez-nous simplement en faisant un « J'aime » sur notre page Facebook ou en nous aidant sur les réseaux sociaux. Vous pouvez aussi nous laisser un commentaire :-)

Vous souhaitez publier un article sur CalculerSonIMC ? Contactez-nous ! Nous serions heureux de permettre aux professionnels de la Santé de s'exprimer via cet espace.

Votre avis sur cet article

Tous les champs avec une * sont obligatoires

Vous avez un site, ou un blog ? Mettez-y notre Widget IMC ! Gratuit et rapide à installer